Les projets

Les ateliers d'accordeon

C’est sous la houlette de Didier Demarcq, diatoniste bien connu au pays qui avait prêté son effigie pour l’affiche du festival en 2003, que des ateliers d’accordéon se tiennent tout au long de l’année, en liaison avec notre association. Les cours vont de l’initiation au perfectionnement de l’accordéon diatonique. Pour information, l’accordéon diatonique est la version « folk » ou « trad » de l’instrument.

Les projets scolaires

Depuis plusieurs années, Flonflons développe des collaborations avec les établissements scolaires lillois et, plus particulièrement, ceux de Wazemmes. Parmi les structures dans lesquelles nous sommes intervenus, nous pouvons citer l’école Quinet-Rollin, le collège de Wazemmes ou encore l’école de musique de Wazemmes.

Lors de chaque édition du festival, un retour public du travail réalisé lors des ateliers est réalisé en collaboration avec ces établissements et leurs enseignants.

Parallèlement à ces actions dans le quartier de Wazemmes, nous travaillons également avec le Lycée International Hôtelier de Lille pour nos actions solidaires, notamment le Banquet Solidaire (plus d’informations dans la rubrique Projets Solidaires).

Les projets Solidaires

Dans une optique de solidarité, Flonflons a développé ses actions autour de deux publics : les seniors et les personnes en situation précaire. En collaboration avec des structures pour seniors et d’aide à la lutte contre la précarité sociale, Flonflons monte des projets participatifs, des ateliers, des rencontres avec des artistes, des concerts…

C’est dans cet état d’esprit que le Cabaret Seniors ainsi que les Banquets Solidaires ont vu le jour.

Previous
Next

Les projets transnationaux

Les projets européens

Troubadours 2020

Dans le cadre du programme Europe Créative de l’Union Européenne, Flonflons s’est allié à quatre pays (Belgique, Serbie, Hongrie et Ukraine) afin de proposer le projet Troubadours. Troubadours c’est le goût pour la culture itinérante de notre vieux continent en défendant une culture authentique et vivante qui n’est pas formatée-globalisée, ni autotunée-vocodée. Non, ici il s’agit de chanter et piailler dans sa langue, de danser ses javas, ses sevdas et ses rumbas en claquant des talons sur les pavés et les planches. L’objectif est de faire travailler ensemble des artistes actifs dans le secteur des « musiques du monde » et provenant de différentes régions d’Europe. Concerts, ateliers et tournées « Trouba Train Trips » ont été organisés.

Trouba Train Trips

Durant ces « Trouba Train Trips », une cinquantaine de musiciens, photographes et vidéastes européens ont voyagé dans différentes régions d’Europe pour faire des rencontres, haltes-performances et créations artistiques. A l’unisson avec les passagers des trains et gares, ces artistes ont œuvré à une expression musicale festive et poétique ancrée dans la réalité du continent. La ligne conductrice était constituée d’extraits du roman Le monde d’hier de Stefan Zweig (1942) qui porte un regard lyrique et nostalgique sur l’Europe contemporaine.

Feria de Fronteras

La « Feria de Fronteras » était une fête se déroulant à la frontière, de 2011 à 2013, une sorte de carrefour entre les cultures et les peuples, où nous nous rencontrons, partageons, enquêtons et offrons des réponses sur les frontières fixées et les frontières invisibles. « Feria de Fonteras » était une plate-forme pour les artistes de différentes disciplines et les travailleurs culturels qui se sont produits conjointement afin de créer un espace créatif pour présenter, questionner et effacer les frontières entre les personnes et les cultures. La « Feria de Fronteras » a invité non seulement les Européens actuels et aussi futurs, à réfléchir à l’impact des frontières dans leurs propres vies.

Rout'art

Les objectifs du projet Rout’Art, qui se déroula de 2012 à 2014, étaient multiples. D’abord, il était question d’interroger le dialogue inter culturel dans. sa globalité et valoriser l’identité culturelle actuelle de l’Euro-région.

Ensuite, il visait à favoriser la professionnalisation des acteurs dans le secteurs des musiques actuelles populaires, et de créer de nouvelles opportunités d’emplois dans le secteur culturel.

Enfin, il était également question de favoriser l’échange, la rencontre et la transmission entre les populations transfrontalières par le biais de la musique et des activités spécifiques de Rout’Art.

Vis-À-vis

Se tenant de 2008 à 2011, le projet Vis-À-Vis était un regroupement de 8 associations du Nord de la France, de Flandre et de Wallonie, dont l’objectif était de favoriser la collaboration transfrontalière. En favorisant d’une part le développement socio-économique durable du secteur musical sur le territoire transfrontalier, et d’autre part en favorisant la circulation des publics, artistes et acteurs culturels sur le territoires transfrontalier.

 

Enfin, l’idée était également de promouvoir d’une manière innovante l’identité culturelle transfrontalière, de dynamiser le patrimoine et de promouvoir le patrimoine de la musique populaire et non-classique.

Parmi les associations regroupés autour du projet : RIF Lille, ARA – Autour des Rythmes Actuels, Via Lactea AVELGEM, Cultuurcentrum Brugge, Krak Avelgem, De Poort 8500 Kortrijk et l’Accordéon, Moi j’Aime !

AZALAÏ

Azalaï est un projet européen qui a eu lieu en 2012 et 2013, un réseau de six festival en Europe, comprenant l’Italie, la Hongrie, la Belgique, les Pays-Bas, la Serbie et la France, en liaison avec le festival « Au Désert » de Tombouctou, au Mali.

Comme une sorte de plateforme itinérante, les artistes sélectionnés, maîtres reconnus de la nouvelle culture euro-africaine et professionnels motivés, ont travaillé à la mise au point de modèles de création collective et à la construction de productions ouvertures.

Les modèles, les croisements, les métissages, les fusions, de l’Afrique en Europe, ont été mis à point et travaillés au travers de résidence qui ont clonfué dans la présentation originales dans des festivals et espaces différents, accompagnées par des rencontres thématiques et des laboratoires.

 

Pour Flonflons, cela s’est traduit par une édition 2012 aux couleurs de l’Afrique avec en point d’orgue le concert de Salif Keita au Zénith de Lille.

 

Les projets transcontinentaux

Viêt-Nam

À l’invitation du festival Long Bien des Arts, culture & Flonflons présente un programme de concerts, résidences et créations d’oeuvres originales. Claude Vadasz se rendit à Hanoï en octobre 2009 et juin 2010 pour préparer cet échange passionnant. Il s’assura du concours de l’Académie Nationale de Musique du Vietnam, du Centre Culture Français et du bureau du Wallonie Bruxelles International pour réaliser un programme solide.

 

Durant deux semaines, ateliers, rencontres, concerts placés sous le signe de l’échange entre 5 musiciens français et 22 vietnamiens ont suscité l’enthousiasme des spectateurs et participants. Chaque se promettant de tout mettre en oeuvre pour développer leurs collaborations.

 

À la suite de trois ans d’échanges entre Lille et Hanoï, et entre Flonflons et l’Académie Nationale de Musique du Viêt-nam, le projet Suite pour le Fleuve Rouge constitue le point d’orgue de cette collaboration artistique.

Dans le cadre du programme Un pont de Lille à Hanoï, et pour célébrer l’année France-Viêt-Nam, les travaux ont abouti à une création de 40 minutes orchestrée et chantée,  un conte musical en français et en vietnamien. Elle a déjà été restituée au Viêt-Nam en novembre dernier par l’orchestre symphonique de l’opéra d’Hanoï, conduit par Dông Quand Vinh. À l’accordéon, Thibault Dille, et Lê Dinh Luân, Nguyên Anh Vu ainsi que Claude Vadasz aux chants.

Japon

Cet échange avec le Pays du Soleil Levant qui eut lieu en 2015, s’est déroulé en quatre temps. 

D’abord, du 5 novembre au 15, les Flonflons se sont envolés à Tokyo afin de porter haut et fort les couleurs de la région Hauts-de-France. Composé de Christophe Hache (basse et arrangements), Jérémy Darme (guitare), Thibault Lille (accordéon), Patrick Goraguer (batterie et clavier), et Claude Vadasz au chant, l’objectif de ce voyage était d’organisé ateliers, conférence et concert.

 

De retour en France après ce séjour japonais, les Flonflons ont restitué le fruit de ces activités avec l’événement Un Soir à Tokyo, qui se déroula au Grand Sud.

 

Ayant d’abord une visée pédagogique, cet échange franco-japonais, en association avec la Japan Accordion Association et l’Institut Français de Tokyo, ont permis à des accordéoniste japonais amateur de sentier au style et au jeu musette, ou encore à la chanson populaire française.

Dans cette logique, un concert conférence eut lieu le 11 novembre à Brasserie de l’Institut Français de Tokyo, dont le thème était « L’accordéon est-il un instrument français par excellence ?« . En appui, quelques-uns des airs les plus populaires du répertoire français : « Les feuilles mortes », « La vie en Rose », « La mer », « Le vieux Léon », « L’accordéon », « Swing 393 ».

 

Le 13 novembre, dans la prestigieuse salle Le Billboard à Tokyo, Le Flonflons jouera cette fois 3 morceaux aux cotés de COBA, qui n’est autre que l’accordéoniste le plus connu du Japon, où à ce jour, il a vendu plus d’un million de disque.

 

C’est ensuite COBA qui fera le déplacement jusqu’à Lille, lui qui se passionne pour le développement de l’accordéon au Japon et qui a comme beaucoup fait ses armes en France. Il se produisit donc sur la scène du Grand Sud le 17 décembre 2015 pour notre rendez-vous « Un soir à Tokyo » où il joua seul et accompagné du Flonflons. L’Orchestre d’Harmonie de Lille Fives était également de la partie et cette soirée se terminera sur le son électro de la DJ Miss Ill qui mettra elle aussi le Japon à l’honneur !

 

L’événement s’inscrivait également dans le programme de Lille 3000 Renaissance qui a également pour but la découverte d’artistes du monde entier. 

Previous
Next

québec

Après nos projets avec le Viet-Nâm et le Japon, Flonflons a également travaillé sur une tournée de 5 concerts avec Nina Morato, en novembre 2019.

Précédée par une résidence à la Maison Folies Wazemmes, Claude Vadasz a également été contributeur de cette tournée sur le plan artistique, puisqu’il fut l’auteur de plusieurs chansons interprétées par Nina, qui sont en réalité le fruit d’une amitié de 3 décennies.

Accompagné de Thibault Dille à l’accordéon, Jean-Luc Landsweerdt à la batterie, Jérémy Darme à la guitare et Christophe Hache à basse, le tout organisé par Claude Vadasz et Marilène Belanger, pour 5 dates du 3 au 13 novembre 2019.

Previous
Next

03 20 22 12 59
22 Rue de l’Abbé Aerts, 59000 Lille